Le dessin comme outil de découverte de soi

le

Enfant on a rapidement brimé mon désir d’enrichir mon univers créatif: « Le dessin ce n’est pas pour toi, » disait-on à ce petit bambin à la bouille maculée de traces de crayon cire alors qu’il exhibait fièrement ses gribouillis. Ce n’est qu’à l’âge adulte que j’écoutai finalement les conseils du Petit Prince et osai poser mine sur feuille pour m’exprimer à travers l’art malgré les lourds stigmats de mon enfance. C’est mon amie Judith qui m’incita à participer à des ateliers de modèle vivant avec la promesse d’y trouver un sanctuaire intérieur. Voici le résumé de mon voyage au pays du clair-obscur.

Anatomie d’un atelier de modèle vivant

D’abord intimidé en pénétrant la salle comble du pavillon de design de l’UQÀM accompagné de mon initiatrice qui se voulait rassurante « T’inquiète, il y a pas de prof. Tu pourrais même dessiner des ours polaires et personne ne te jugerait!’ », je fut aussitôt rassuré en notant la diversité du public: étudiants, cinquantenaires ayant pour hobby le dessin ou jeunes professionnels en quête d’expression artistique. Attablés derrière leur chevalet, ces participants disposés en cercle attendent patiemment que la modèle, au centre, se dévête et entame la séance. On assiste alors à un enchaînement quasi rituel de pauses chronométrées par l’organisateur : une minute, deux minutes, trois minutes, cinq minutes, 10 minutes, 15 minutes et finalement, 20 minutes. Une sélection de chansons jazz, classique ou indie instrumentales complémente la beauté du corps statique. Tous et chacun se concentrent sur leur papier en observant les gracieuses postures du spécialiste en modèle vivant. L’expertise de celui-ci transparait dans la sérénité qui se dégage de ses traits et dans sa maîtrise de l’art de sublimer son corps, d’en faire ressortir les muscles et les nervosités ainsi que d’en exagérer les concavités naturelles ou encore les plis qui sillonnent sa chair généreuse. Je tiens ici à souligner la variété des corps à dessiner et le principe de non-jugement de ces ateliers: les critiques quant à l’anatomie particulière de chacun ou la qualité du dessin n’y passent pas le pas de la porte.

Les desseins du zen

Votre créativité est la seule limite!

Allant de pair avec le principe de liberté qui régit ces séances de dessin, les artistes en herbes apportent le matériel de leur choix. Ainsi, on y voir des médiums et des supports très variés: certains préfèrent le crayon mine pour sa précision et sa délicatesse, alors que d’autres s’identifient au trait poreux et dramatique du charbon ou encore optent plutôt pour la diaphane aquarelle. À l’impossible nul n’est tenu et encore moins au réalisme: on y voit des drôles d’oiseaux qui choisissent des approches cubistes ou ultra organiques ou encore qui ne s’attardent qu’au visage ou aux mains des modèles.

Délier le trait, délier le coeur: une méditation artistique

Connaissance de soi et zénitude au rendez-vous.

En somme, ma chère amie Judith n’avait pas tort lorsqu’elle vantait les mérites du dessin d’observation, au delà de ses airs rigides, normatifs et intellectuels – on parle bien ‘’d’études’’ en se référant aux croquis – il s’agit d’un processus d’art-thérapie permettant un détachement de soi et une contemplation quasi mystique. C’est que la concentration profonde que suscite l’observation des formes, des proportions et de la lumière est semblable à celle que j’ai expérimentée lors de ma retraite spirituelle en Inde, alors que les chants-mantra me détachaient de ma conscience corporelle et psychologique. Si comme moi ou comme le narrateur du célèbre roman de Saint-Éxupéry vous avez enterré vos talents d’artistes sous les critiques d’oeils trop durs, je vous invite à être indulgent envers vous-même et repartir à la découverte de votre enfant intérieur, qui lui n’a rien perdu de son imagination fourmillante.

Et vous, avez-vous déjà tenté l’expérience du modèle vivant ou tout autre pratique artistique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *