Détails et conseils pratiques: l’ABC du pélerin

Faire Compostelle – comme on dit dans le jargon – nécessite un minimum de préparation: d’abord logistique, puis physique. En premier lieu, il faut prêter une attention particulière à l’équipement qui nous accompagnera durant notre périple, soit les incontournables sac à dos et bottes ou chaussures de randonnée.

Brièvement, le premier doit être muni d’une sangle rembourrée à la poitrine et à la taille, d’un panneau respirant en filet au dos et d’au moins un compartiment latéral, ce dernier permettant un accès rapide à la bouteille d’eau.

Quant à vos pieds, inutile de vous dire qu’ils seront vos meilleurs alliés! Il faudra donc les chausser avec grand soin. Dépendamment de la saison et des habitudes de chacun, autant la chaussure que la botte de trekking fera l’affaire, mais veillez à ce que l’une ou l’autre soit composée de Gore-Tex, protégeant ainsi vos pieds des intempéries qui sévissent fréquemment dans cette région. De plus – conseil de pèlerins expérimentés – n’entamez jamais la randonnée avec une nouvelle paire de chaussures, vaut mieux d’abord les ‘’casser’’ pour éviter ampoules et autres inconforts.

Tout pèlerin doit aussi se ramasser un carnet du pèlerin dans une association des amis du Chemin de Compostelle – soit dans son pays d’origine ou à son arrivée en Espagne – ce petit cahier sera estampillé dans les auberges publiques et constitue un joli souvenir de voyage! Également, il serait recommandable de s’informer quant aux différentes étapes qui jalonneront votre itinéraire, d’amples informations sont disponibles en ligne.

Finalement, pour ce qui est de la préparation physique loin de moi l’intention de vous effrayez! Il suffira d’intégrer des randonnées hebdomadaires d’une dizaine de kilomètres à votre agenda ou bien simplement de prendre l’habitude de se rendre au travail ou de faire ses courses à pied. 

Sac à dos: quoi apporter

Avant de passer à la liste exhaustive des items à emporter sur le Chemin de Compostelle, soyez bien avertis que le poids de votre sac à dos ne doit pas dépasser les 10% de la masse corporelle! Gardez en tête que ce fidèle compagnon ne vous lâchera littéralement pas d’une semelle, voilà donc une occasion rêvée de mettre en pratique la philosophie du Zen…

L’habillement variera en fonction de la période de l’année à laquelle vous prévoyez entreprendre votre voyage. L’été deux t-shirts à manches courtes, un t-shirt à manches longues, un imperméable, un short, un pantalon, des tongs pour la douche, un chapeau ou d’une casquette pliable et un maillot de bain. Pour les entre-saisons prévoyez un pantalon et un t-shirt à manches longues en plus, ajouter des gants minces, un cache-cou et zapper le short et le maillot.  Dans tous les cas il vous faudra trois paires de chaussettes. Je ne mentionne pas l’habillement d’hiver car rares sont les marcheurs qui osent s’aventurer sur les sentiers à cette période de l’année, or si vous êtes l’un deux d’autres internautes sauront vous conseiller mieux que moi.

Emportez une petite trousse de premiers soins contenant quelques sparadraps, de la bétadine, une aiguille, du fil à coudre et un pansement en tissu. Inutile de vous surchargez car toutes les auberges sont munies du nécessaire en cas d’urgence (et les autres pèlerins se feront un plaisir de vous aider s’il venait à vous manquer quoi que ce soit en chemin!)

Pour ce qui est des produit d’hygiène, soyez minimaliste: un savon tout-usage (lessive et corps) suffira et s’il peut être biodégradable ce serait encore mieux. Pour la lessive, prenez des épingles à linge et des épingles de sûreté (ces dernières vous seront très utiles pour accrocher à votre sac à dos les vêtements qui n’ont pas pu sécher durant la nuit). Ayez de la crème solaire – vous serez rudement exposés au soleil ibérique – celle-ci pourra aussi substituer votre crème de jour (chaque gramme ajouté à votre sac à dos compte!). Pour la douche et la baignade, munissez vous d’une serviette technique à séchage rapide.

Histoire de profiter au max de son repos bien mérité, il est indispensable d’avoir avec soi des boulecaisses (bouchons) et un loup. De plus, n’oubliez pas d’inclure une taie d’oreiller et un sac de couchage en duvet ou de type drap (dépendamment de la saison).

Pour ce qui est des repas, sachez que ce ne sont pas toutes les auberges qui disposent d’une cuisine. Vous aurez alors à manger fréquemment soit dans les restaurants de province qui proposent des menus promotionnels pour pèlerins soit à vous approvisionner de denrées au marché. Pour ce faire, il est très pratique d’avoir avec soit un couteau suisse, des couverts de camping et un tupperware qui vous servira d’assiette.

Finalement, inutile de vous dire d’emporter une gourde d’eau! Les chemins étant bien emménagés pour les marcheurs vous y trouverez plusieurs fontaines et des petits commerces pour vous ravitailler en eau, or vaut mieux toujours s’assurer d’avoir au moins un litre en réserve.  Pour ce qui est des communications, un cellulaire, un chargeur et une batterie externe suffiront.

Sur ce, je souhaite une très belle aventure à tous les vaillants marcheurs! N’hésitez pas à partager vos expériences et conseils dans la section commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *