Ma retraite spirituelle en Inde

La peur de l’inconnu, l’ombre de ma dépendance, le mal de vivre: dans la période la plus obscure de ma vie, beaucoup de facteurs me décourageaient de partir aussi loin, aussi seul. Mais avec l’incitation d’une amie et un fervent désir de me libérer l’esprit, je suis parti en retraite spirituelle dans un âshram du nord de l’Inde. Voici les faits saillants du voyage de méditation qui a changé ma vie.

Tourisme au coeur de l’Inde sacrée
À quelques heures en train de Delhi, dans l’État de l’Uttarakhand, Rishikesh est en quelque sorte la capitale mondiale du yoga et constitue un endroit prisé par les touristes pour le ressourcement. À mon arrivée, j’ai effectivement rencontré plus de voyageurs blancs que de résidants authentiques. Plutôt que d’être déçu par cette prédominance d’occidentaux, j’ai décidé d’interpréter cet aspect comme un signe rassurant que j’y étais pour les bonnes raisons, auprès de personnes qui cherchaient probablement, comme moi, à se libérer d’un poids émotionnel ou à trouver une paix intérieure, un élan d’espoir.

En outre, l’un desprincipaux attraits de Rishikesh est qu’elle est située sur les rives du Gange, que les Indiens considèrent comme une divinité capable de purifier le corps. J’ai pu profiter de mes journées libres avant la retraite spirituelle pour passer du temps à la plage, jouer de la guitare, relaxer dans un café et m’éclater en toute simplicité avec des gens rencontrés sur place.

Bien que la ville soit dominée par les côtes verdoyantes, les âshrams et les commerces relatifs au bien-être, une ambiance chaotique y règne, principalement à cause des embouteillages monstrueux qui empiètent parfois sur les passages piétonniers et effraient les passants non-initiés. J’ai donc été soulagé de me rendre à mon âshram, un véritable havre de paix à l’écart des zones centrales de Rishikesh.

Sur la bonne voie grâce à la méditation
Il importe de mentionner qu’avant ce voyage, j’avais une idée totalement erronée de la méditation. Je la confondais notamment au yoga et au pilates, et je l’affiliais à des croyances religieuses et un style de vie précis. Bien que toutes ces associations soient communes, et que ces concepts aient leurs propres vertus, j’ai vite appris que la méditation était une pratique unique, complète et, dans certains cas, bien plus profonde qu’une simple relaxation.

Couché de soleil a la rivière sereine
Moment serein dans la rivière.

L’âshram où j’ai séjourné pendant 21 jours propose différents programmes de méditation, de transformation personnelle et de yoga. Mon expérience était axée sur la méditation conforme aux traditions himalayennes établies par l’influent yogi Swami Rama. Les différents éléments de sa méthode, à savoir la respiration diaphragmatique, les étirements, la relaxation, les postures de méditation et le silence, m’ont fait réaliser que la préparation est indispensable au succès de la pratique. Cela implique une quantité remarquable de patience, qualité qui, je l’avoue, n’est pas innée chez moi. Autrefois, lorsque les substances illicites et la cacophonie me servaient de béquille, ces heures passées à rechercher un état méditatif m’auraient inspiré un ennui terrible.

L’apprentissage de la patience a donc été une grande épreuve pour moi, mais mes guides m’ont aidé à constater que cette qualité était essentielle au développement personnel et qu’elle m’aiderait à surmonter d’autres obstacles auxquels je suis confronté à tous les jours. Être patient signifie prendre conscience de ce qui se passe dans le moment présent, de le vivre pleinement et de ne pas constamment penser à l’avenir et aux objectifs que nous nous fixons. En travaillant à approfondir ma pratique de la méditation sans me précipiter, j’ai compris que je devais adopter la même approche dans mon combat contre l’alcoolisme.

Des leçons inoubliables
Je serai éternellement reconnaissant envers ma professeure de méditation, Kamal, qui a été très attentive et inspirante. Au cours de mon apprentissage, elle a toujours veillé sur moi avec une aura à la fois lumineuse et maîtrisée, le type d’énergie humaine totalement calme et assurée que je n’avais jamais perçue jusque-là.

J’éprouve aussi une gratitude énorme pour Julie, ma marraine chez les AA, qui, en plus de son appui constant, m’a encouragé à entreprendre ce pèlerinage des plus révélateurs. Son incursion salvatrice dans ma vie me donne confiance dans la volonté divine.

La culture paisible et enveloppante de Rishikesh m’a incité à réfléchir à mes propres conditions de vie et aux différents éléments qui influencent mon état d’esprit au quotidien. Ce voyage m’a fait comprendre à quel point la patience est précieuse pour ceux qui souhaitent évoluer et a lancé mon initiative de quitter le pays une fois par année en quête d’enrichissement spirituel et de conscientisation.

Maintenant, j’aimerais en apprendre davantage sur vous! Quelles pratiques ont eu un grand impact dans votre vie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *